3/03/2021
par Anne-Catherine Aye
Aucun commentaire

Surveillance, sécurité et libertés en temps de crise

L’articulation entre surveillance, sécurité et libertés est transformée par les nouveaux outils disponibles à l’ère digitale ; elle emporte des enjeux encore plus puissants en temps de crise comme celle de la Covid. C’est dans ce cadre que la Chaire VP-IP … Lire la Suite

18/01/2019
par Anne-Catherine Aye
Aucun commentaire

Séminaire « Socio-philosophie du temps présent. Enjeux épistémologiques, méthodologiques et critiques »

Dans le cadre du « Séminaire Socio-philosophie du temps présent. Enjeux épistémologiques, méthodologiques et critiques » du LASCO IdeaLab de l’IMT organisé à l’EHESS par Pierre-Antoine Chardel, professeur de sciences sociales et d’éthique à lnstitut Mines-Télécom Business School et co-fondateur de la … Lire la Suite

12/10/2018
par Anne-Catherine Aye
Aucun commentaire

Vidéos du séminaire « Subjectivité, Corporéité et objets connectés : regards croisés sur le design et les devenirs de l’interaction »

Les quatre vidéos du séminaire « Subjectivité, corporéité et objets connectés : regards croisés sur le design et les devenirs de l’interaction » sont désormais disponibles. Retrouvez notamment la vidéo de la dernière séance du séminaire qui a eu lieu le 19 … Lire la Suite

[Séminaire] Société numérique : de quelle loyauté avons-nous besoin ?

25/04/2016 par Stéphane | Aucun commentaire

Jeudi 19 mai 2016, de 13h30 à 15h
Télécom ParisTech, 46 rue Barrault, 75013 Paris

La loyauté n’est pas un concept nouveau en économie de marché, même si son introduction dans le droit commercial est relativement récente. Mais l’économie numérique, aujourd’hui caractérisée par des asymétries de pouvoirs fortes, aussi bien entre acteurs économiques qu’entre ceux-ci et les utilisateurs, nous oblige à le revisiter, voire à le réinventer.

Projeté dans le débat public français par le Conseil National du Numérique, dans son rapport Ambition numérique, il est en bonne place dans le projet de loi numérique en débat actuellement, portant notamment modification du Code de la consommation.

Quel est le contexte qui explique la montée en charge de ce concept ? A quel type d’acteurs et de transactions, marchandes ou non, doit-il s’appliquer ? A quels dispositifs socio-techniques (notes et avis, algorithmes…) ? Au-delà d’une obligation de principe, quels sont les outils d’une implémentation effective de la loyauté, et quels peuvent en être les marqueurs ? Jusqu’à quel point la loyauté est-elle un concept juridique efficace nous permettant de répondre aux dysfonctionnements constatés ?

Photo : Olivier Ezratty pour www.qfdn.net

Photo : Olivier Ezratty pour www.qfdn.net

Valérie Peugeot est actuellement prospectiviste au sein du laboratoire de sciences sociales et humaines d’Orange Labs où elle travaille sur des sujets de recherche comme l'économie collaborative, l'évolution du travail dans une société numérique, la place des données personnelles dans l’économie du web, les mégadonnées et l’open data, etc. Après avoir été Vice-présidente du Conseil National du Numérique, de 2013 à 2015, elle a rejoint la CNIL en avril 2016. Elle préside l'association Vecam, think tank citoyen qui depuis 20 ans déchiffre les enjeux sociétaux liés au numérique et a publié plusieurs ouvrages sur les biens communs de la connaissance.

 

Comprendre les stratégies des plateformes de crowdfunding

8/06/2015 par Stéphane | Aucun commentaire

crowdfunding-600px

Si certaines personnes laissent sur le Web des informations personnelles de manière involontaire, d'autres contribuent de manière active aux communautés socio-numériques (comme celles d'Ebay, d'Amazon, de Wikipedia, de Twitter, de YouTube) en laissant des notes, des avis, des commentaires, des classements de produits et services, voire en postant des photos. Comprendre pourquoi les internautes contribuent à ces communautés devient un enjeu économique de premier ordre, car leurs contributions génèrent des revenus substantiels pour les plateformes.

Le séminaire s'attachera, dans le contexte des plateformes de financement participatif (en anglais "crowdfunding"), à analyser les stratégies de ces plateformes pour que le plus grand nombre d'internautes y participe. Il visera à fournir une description du secteur du financement participatif en étudiant les différents types de plateformes qui organisent ce financement. Il soulignera les fonctionnalités clés de ce secteur en développement rapide et explorera les forces économiques en jeu qui peuvent expliquer différentes fonctions d'intermédiation que remplissent ces plateformes, notamment en vue de faciliter les transactions et de réduire les problèmes informationnels.

Vous n'avez pas pu assister au séminaire ?

Le conférencier

Paule.BelleflammePaul Belleflamme est diplômé en Économie de l'Université de Namur (1991), où il a soutenu son Doctorat en Économie (1997). Il possède également un Master en Économie de l'Université de Columbia (1992). En 1998, il est devenu Maître de conférence à l'Université Queen Mary de Londres, où il a obtenu un "Post Graduate Certificate in Academic Practice" (PGCAP) en novembre 2001.

Depuis 2002, il est Professeur à l'Université catholique de Louvain. Il est rattaché au Center for Operations Research and Econometrics (CORE) et à l'Ecole de Management de Louvain, où il enseigne dans les champs de l'organisation industrielle et de l'économie de l'innovation.

Paul Belleflamme a largement publié dans des revues économiques de premier plan et il est l'auteur, avec Martin Peitz, de Industrial Organization: Markets and Strategies (Cambridge University Press, 2010). Il fait également partie des comités de rédaction de plusieurs revues scientifiques.

 

Séminaire du 2 avril : Sommes-nous réductibles à nos traces ? Éléments pour une éthique à l’ère numérique

16/02/2015 par Stéphane | Aucun commentaire

traces-numeriques

Parallèlement à la surveillance généralisée à l’ensemble des citoyens, dont on perçoit assez aisément les conséquences sur les libertés individuelles, le développement de toute une économie des données personnelles (ce qu’on nomme le data mining) a des répercussions ontologiques et éthiques particulièrement insidieuses. Les logiques industrielles qui se développent en faveur de l’exploitation des données personnelles sont désormais telles qu’elles laissent présager de graves confusions entre les informations que nous laissons au gré de nos navigations sur la toile (ou de nos achats en ligne) et ce que nous sommes, c’est-à-dire par l’invention permanente de nous-mêmes. Le devenir des subjectivités est irréductible à des modes de captation marchande et aux logiques de quantification algorithmique qu’ils supposent. Faire entendre la voix de ce qui n’est pas quantifiable, de ce qui n’est pas réductible à une pure rationalité instrumentale, constitue en ce sens un défi socio-philosophique de premier plan.

pierre-antoine.chardel.150x200Pierre-Antoine Chardel est philosophe de formation, docteur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et titulaire d’un PhD de l’Université Laval (Canada), habilité à diriger des recherches en sciences sociales de l’Université Paris Descartes, professeur de philosophie sociale et d’éthique à Télécom Ecole de Management (Institut Mines-Télécom) où il est responsable de l’équipe de recherche « Ethique, Technologies, Organisations, Société » (ETOS) et co-fondateur de la chaire Valeurs et politiques des informations personnelles. Il enseigne également à la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université Paris Descartes – Sorbonne. Depuis janvier 2014, il est directeur adjoint du Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain (LASCO – Monde Contemporain), Institut Mines-Télécom / Université Paris Descartes.

Séminaire 12 février « Surveiller et punir à l’ère numérique : transformations de la représentation et de la frontière entre espace public et espace privé »

6/02/2015 par Stéphane | Aucun commentaire

LASCOupdInstitut Mines Télécom

Dans le cadre du séminaire de recherche « Crises et critique. Espace public et représentations sociales à l’ère numérique » organisé par LASCO Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain, Université Paris Descartes / Institut Mines-Télécom en collaboration avec l’équipe de recherche ETOS de Télécom Ecole de Management. Organisé par Alice Canabate, Pierre-Antoine Chardel, Marie Goupy, Jan Spurk et en collaboration avec la Chaire Valeurs et Politiques des Informations Personnelles.

Intervention de Valérie Charolles, philosophe, magistrat, auteure de Philosophie de l'écran (Fayard, 2013)

Les technologies numériques permettent une surveillance massive et néanmoins invisible, que l’on peut examiner au regard de l’ « état d’exception » décrit par Giorgio Agamben. Les frontières auxquelles nous sommes habitués se trouvent également redimensionnées. Sur cette base, le soubassement sur lequel se fonde l’éthique moderne telle qu’elle s’incarnait chez Kant - celui d’une distinction simple entre l’homme et la nature, entre naturalité et humanité - devient impossible à tenir. Ce que l’on peut appeler la fin de la naturalité appelle donc une nouvelle manière d’agencer savoir et décision.

Informations pratiques

Date et heure : le jeudi 12 février de 17h à 19h

Lieu : Sorbonne, salle F 673 (escalier G2 1er étage), entrée place de la Sorbonne, rue Victor Cousin

>> Programme complet des séances du séminaire pour l'année universitaire 2014-2015